Foire Aux Questions (FAQ)

Le revenu de base suscite plein de questions!

Pour susciter la réflexion et apporter des pistes de réflexion sur les objections les plus courantes relatives au revenu de base, voici notre Foire Aux Questions (FAQ):

Vous avez d’autres questions? Vous souhaitez en savoir plus, mieux comprendre les enjeux? Pour tout savoir sur le revenu de base et en débattre avec d’autres partisans, rendez-vous sur notre page Facebook.

Cela ne créerait-il pas une armée de fainéants?

Et vous, si vous disposiez de ce revenu de base arrêteriez-vous de travailler? (Posez-vous la question!) D’après différentes études, l’effet désincitatif sur l’emploi serait faible.

En effet, Le revenu de base est un revenu «de base», un socle, qui par définition (cfr. plus haut) «vise à permettre à chacun et chacune de mener une vie digne et de participer à la vie en société sous toutes ses formes». Ce revenu serait loin d’être suffisant pour couvrir les envies de la plupart de gens. Il s’agit d’un socle qui a pour vocation de couvrir les besoins les plus essentiels sans plus, auquel peuvent s’ajouter d’autres revenus tel que le revenu issu du travail rémunéré. Toujours selon ces études, et contrairement à l’intuition, la grande majorité des individus continuerait à travailler tout autant. Toutefois, une partie non négligeable des personnes diminuerait spontanément leur temps de travail pour se consacrer à d’autres activités non rémunérées (famille, projets, loisirs, formations…). Le travail ainsi dégagé serait réinjecté sur le marché de l’emploi, offrant la possibilité aux personnes désireuses de travailler mais qui n’en ont pas la possibilité actuellement, de pouvoir le faire.

Il y aurait aussi ceux qui se satisferaient de ce socle minimal, et qui, libérés du travail contraint ou de la nécessité d’en rechercher un, auraient la possibilité d’utiliser leur temps pour se consacrer à des activités librement choisies comme des activités bénévoles ou des activités jugées non rentables, mais gratifiantes et/ou utiles au bien commun. Ce revenu permettrait également la mise en œuvre de projets dont la rentabilité est incertaine ou ne s’observe que sur le long terme, comme la formation, la création d’entreprise ou l’activité artistique, philosophique et la recherche scientifique.

De plus, l’individu aurait la possibilité de s’émanciper du revenu d’un travail jugé «néfaste» mais duquel il serait dépendant pour des raisons de subsistance. Revenir à la Liste des Questions

Alors que la crise nous guette, un revenu de base pour tous est-il vraiment finançable?

Plusieurs modèles de financement existent. Cette question est intimement liée à la question du montant du revenu de base. Outre la réaffectation des économies faites sur le système de contrôle des chômeurs, explicité plus haut, plusieurs modèles de financement sont envisagés au travers de trois grands axes: un financement par redistribution, un financement par réappropriation de la création monétaire et le financement via une taxe sur la consommation. Il est possible de cumuler ou non ces trois axes de financement en proportions variables selon les modèles.

Pour en savoir plus: article de Baptiste Mylondo paru dans Le Monde, examinant plusieurs possibilités de financement d’un revenu de base en France (mai 2013).

Revenir à la Liste des Questions

Le revenu de base, une idée de droite ou de gauche?

Le concept du revenu de base est complètement détaché d’une doctrine politique en particulier. Il transcende les clivages politiques traditionnels et est aussi bien défendu par des hommes et femmes politiques, des syndicats, des penseurs, économistes, philosophes etc. quelque soit leur sensibilité, que par des altermondialistes ou des libertariens.

Si le postulat du revenu de base est une idée non partisane, les sensibilités politiques et idéologiques diverses font apparaître différentes manières d’envisager et de concrétiser le revenu de base. Convaincus que l’idée du revenu de base transcende nos différences, nous avons décidé de réunir nos forces et de créer une plateforme neutre et pluraliste qui a pour mission de promouvoir le concept et le débat. Revenir à la Liste des Questions

En quoi l’instauration d’un revenu de base serait-elle une avancée par rapport au système actuel?

Il est démontré que la conditionnalité des allocations a pour effet le phénomène pervers de la «trappe à l’emploi» (désignant la désincitation que connaît une personne sans emploi à en trouver un, notamment en raison de la perte du revenu d’assistance qui résulterait de l’obtention de cet emploi). Il est clair que le système d’allocation conditionné ne réussit pas à atteindre ses objectifs de remise au travail et, au contraire, incite même certains à rester dépendants de ces allocations.

De plus, Il ne faut pas oublier la stigmatisation des allocataires qui doivent prouver leur dénuement et se soumettre à des contrôles pour prétendre recevoir ces allocations. Outre l’aspect stigmatisant tout cela engendre des lourdeurs administratives et représente un coût non négligeable.

Dans un système où chacun disposerait d’un revenu de base, véritable socle inconditionnel, de faibles salaires, ajoutés à ce revenu de base, pourraient alors donner des revenus acceptables. Le fait de trouver et d’accepter un travail ne serait donc plus pénalisé. Il s’agit donc, au contraire, à une valorisation du travail, valorisation d’un travail librement choisi.

Pour en savoir plus: article « De la trappe au socle: l’allocation universelle contre le chômage » de Philippe Van Parijs: comparaison entre le système conditionnel actuel et l’inconditionnel proposé.

Revenir à la Liste des Questions

Pourquoi ne pas tenir compte de la situation familiale de l’individu dans le calcul de ce revenu de base?

L’individualité de ce revenu de base est une autre différence par rapport aux allocations conditionnelles traditionnelles.

A l’heure actuelle, pour pouvoir bénéficier de revenus plus élevés les individus sont incités à s’isoler ou à prétendre l’être. Un comble dans un monde où nous recherchons plutôt à partager efficacement l’espace et les ressources et où l’on crie au manque de lien social. L’individualité de ce revenu permet au contraire d’inciter positivement les personnes qui le désirent à mettre une partie de leurs ressources en commun pour mieux tirer profit d’éventuelles synergies ou économies d’échelle.

Le caractère individuel de ce revenu permet aussi une meilleure émancipation de l’individu vis-à-vis d’un cohabitant, conjoint ou tiers duquel on se sentirait dépendant financièrement.

Les allocations conditionnées, nous l’avons vu plus haut, ont indéniablement des effets pervers, pourquoi ne pas plutôt diminuer ou supprimer les allocations pour contraindre tout le monde à trouver un emploi?

Les politiciens semblent encore les seuls à s’accrocher à l’idéologie du plein emploi or nous savons bien que c’est dorénavant impossible. D’une part parce qu’une croissance matérielle exponentielle n’est pas soutenable, d’autre part parce que la mécanisation des machines remplace de plus en plus les emplois des travailleurs générant ainsi un chômage structurel. En effet la mécanisation, l’informatique et les méthodes de production modernes grignotent peu à peu une grande partie des emplois classiques. Le «plein emploi» n’est dès lors plus qu’un mythe du passé. Nous sommes dans une situation paradoxale, la richesse créée et la productivité n’a jamais été aussi grande mais tout cela ne semble pourtant plus pouvoir faire vivre l’ensemble des individus. Le taux de chômage n’a jamais été aussi élevé et est, pour une grande partie, structurel; c’est-à-dire que l’offre d’emplois est nettement inférieure à la demande d’emplois. Revenir à la Liste des Questions

Si la productivité a augmentée pourquoi ne pas plutôt baisser le temps de travail plutôt qu’instaurer un revenu de base, pour mieux répartir la quantité de travail?

Imposer une baisse du temps de travail à tous est une mesure controversée. Certaines fonctions ne peuvent pas être raisonnablement assurées par des temps partiels. En outre, tandis que certains ne rêvent que de diminuer leur temps de travail, d’autres désirent au contraire continuer à travailler autant voir davantage. Le revenu de base permet à chacun de déterminer son rapport au travail et au temps qu’il désire y consacrer eu égard au niveau de vie et au style de vie qu’il souhaite mener.

Pour en savoir plus: article de Guy Valette dans Les Echos: connexion entre réduction du temps de travail et revenu de base (avril 2013).

Revenir à la Liste des Questions

—————

A quel niveau devrait être introduit un tel revenu de base? Quels seraient les impacts sociaux, économiques et écologiques de l’introduction d’une telle mesure? En quoi le fait de ne pas conditionner l’octroi de ce revenu serait-il plus judicieux que dans le système actuel d’allocations conditionnées? …

Le Réseau belge pour le Revenu de Base n’a pas vocation à trancher ces questions mais au contraire de promouvoir le concept dans sa diversité. Pour connaître les différents arguments et modèles de financement nous vous invitons à visiter les sites des affiliés du réseau et de découvrir leur modèles propres.

Quelles que soient vos questions, que vous soyez partisan ou non du concept, simplement désireux de nourrir votre réflexion, approfondir vos connaissances à ce sujet ou mieux en comprendre les enjeux, nous vous invitons à suivre ou à participer aux débats sur notre page Facebook.